Accueil du site > Rose dans les médias > St-Valentin, mais pour qui ?

St-Valentin, mais pour qui ?

Pour la St-Valentin, s’aimer est un luxe que pas tout le monde peut se payer !
Pour une p
ersonne assistée sociale, le choix de faire vie commune avec la personne qu’elle aime s’accompagne de la perte de son autonomie. Ça commence à partir d’une année de vie commune, ou de la 22e semaine d’une grossesse. L’aide sociale se base sur la cohabitation, la présence d’entraide et le potinage des voisins pour « marier » deux individus.

Si dans le couple le conjoint ou la conjointe travaille, le montant à l’aide sociale est diminué en fonction des revenus de ce dernier.e pouvant aller jusqu’à la coupure totale du chèque. Le conjoint ou la conjointe devra faire vivre son ou sa partenaire qui devra dire adieu à sa prestation d’aide sociale. Le ministère ne tient pas compte de la capacité de payer du conjoint ou de la conjointe. Tout y est pour mettre les personnes dans des relations de dépendance financière : quel meilleur tue-l’amour !

Les conséquences sont lourdes.

Dans d’autres situations, lorsque les deux personnes sont prestataires, le nouveau ménage recevra un seul chèque d’aide sociale, en coupant de plus de 350$ la prestation. L’aide sociale accuse facilement les personnes d’être en situation de vie maritale lorsque ces dernières vivent avec un ou une colocataire. Qui voudra risquer son salaire pour avoir été colocataire et solidaire d’une personne assistée sociale ? Puisqu’on le rappelle, l’« entraide mutuelle » peut être suffisante pour alimenter les rumeurs de vie maritale au bureau d’aide sociale. Les personnes assistées sociales doivent se méfier des amitiés à long terme et de l’entraide mutuelle.
Pour corriger ces injustices, il faut que chaque personne exclue du marché du travail reçoive à son nom la prestation afin de garantir l’autonomie économique, le droit d’aimer et le respect de la vie privée de chacun et chacune. Une personne = un chèque, pour vivre dans la dignité !

Le comité femmes du Front commun des personnes assistées sociales du Québec